Article du 23 janvier 2014

Les élus de la Ville veulent sauver les élastiques de Baby-Plage

Par Christian Bernet. Mis à jour le 23.01.2014

Une majorité se dégage pour sauvegarder les jeux. Mais le Conseil municipal a préféré examiner la question en commission.

«On utilise des arbres qui souffrent, je peux vous le dire!» C’est notamment pour cette raison sensible que Daniel Sormanni (MCG) estime qu’il faut démonter les jeux de Baby-Plage. Mercredi soir, le Conseil municipal de la Ville de Genève se s’est penché sur le sort de cet entrelacs de chambres à air suspendues au bord du lac aux Eaux-Vives. «Ces jeux ne sont pas conformes, ils sont hauts et sans amortisseur de chute», a poursuivi l’élu. «Il faut penser aux responsabilités», a renchéri son collègue Jean-Philippe Haas. Mais le MCG s’est retrouvé seul pour combattre une motion qui tentait de sauver cette installation «dans une perspective de sécurité». «Il n’y a jamais eu d’accident, a rétorqué Marc-André Rudaz (UDC), dont les enfants y ont usé leurs culottes. Bientôt, on ne pourra plus jouer du tout, à force de tout réglementer. Le risque zéro n’existe pas.» «C’est un lieu d’échange, d’initiation à la vie, a affirmé le socialiste Sylvain Thévoz. Il ne faut pas abandonner cet espace aux dealers.» Esther Alder a un peu slalomé pour répondre. La conseillère administrative trouve ces installations sympathiques mais elle a rappelé que le Service cantonal du feu n’avait pas donné son aval. «Il y a un risque et personne ne veut le prendre». Elle a toutefois dit qu’elle allait rencontrer l’association qui gère les jeux «pour trouver une solution». La majorité du Municipal est favorable au maintien de ces jeux. Elle a toutefois décidé d’examiner la question en renvoyant la motion à la Commission dite de la cohésion sociale.

TDG